Critique : Pourquoi j’ai pas mangé mon père

pourquoi-jai-pas-mange-mon-pere

 

Avec une telle promo, difficile de passer a coté de la sortie de “Pourquoi j’ai pas mangé mon père”, le premier film de Jamel Debouzze. Les critiques ne sont pas folichonnes alors nous allons vous livrer nos impressions sur ce premier film européen intégralement réalisé en performance-capture.

L’histoire nous dévoile, la vie d’Édouard, fils aîné du roi des simiens, qui, considéré à sa naissance comme trop malingre, est rejeté par sa tribu. Il grandit loin d’eux, auprès de son ami Ian, et, incroyablement ingénieux, il découvre le feu, la chasse, l’habitat moderne, l’amour et même… l’espoir. Généreux, il veut tout partager, révolutionne l’ordre établi, et mène son peuple avec éclat et humour vers la véritable humanité… celle où on ne mange pas son père.

pourquoi-jai-pas-mange-mon-pere2

il a fallu 7 ans et plus de 30 millions de budget à Jamel pour venir a bout de ce film d’animation basé sur le best-seller de Roy Lewis (Pourquoi j’ai mangé mon père), et la prouesse technique est au rendez vous. La capture des faces des acteurs est bluffant on a l’impression de voir Jamel, les mimiques les expressions tout y est représenté à la perfection.

Coloré et doté d’un bon rythme (parfois trop brutal), le film nous plonge dans une savane préhistorique au temps des premiers primates. Pourquoi j’ai pas mangé mon père, s’adresse plus facilement aux enfants, avec une longue série de gags qui seront divertir sans mal nos petites têtes blondes friandes de néologismes et de jeux de mots débités au kilomètre. De même, sous ses apparences de film comique, Jamel nous délivrer un message de tolérance, et dénonce l’exclusion et la différence. Rafraîchissant, plein d’optimiste, le film est touchant par sa simplicité et sa sincérité.

Un humour un peu préhistorique : 100% Jamel.
Dans le film, on retrouve volontiers ou pas, l’humour made in Jamel avec les mêmes blagues … depuis 15 ans. Langue française remixée, zimedime zidane et Dis-moi pas qu’c’est pas vrai ! le registre Jamel est bien présent. Malheureusement, l’humoriste peine à se renouveler et rend le film comme une impression de déjà vu.

Bref, le film se regarde… sans être le nouveau ge de glace, laissez-vous tomber dans l’univers loufoque des simiens.

Ma note : 4/10