[Critique] Tout ce qui brille n’est pas or

A défaut de paraitre trop misogyne, j’ai préféré troquer mon talent de la critique à une fille pour ce film. Marine, avec son œil aguerrit sur tout ce qui brille nous expose son ressenti d’après séance !

tout ce qui brille
En 2010, Cendrillon a troqué ses chaussons de vair pour des Louboutin, sa robe bleue scintillante pour un caban de chez The Kooples, et surtout elle aspire à quitter Puteaux pour Neuilly.

Dans Tout ce qui brille, elles sont deux. Et, comme Cendrillon, plutôt mignonnes. Résultats, Ely et Lila vont réussir à « infiltrer » ce milieu Bobo-chicos-parisien qui les attire tant. Mais ces nouveaux week-ends n’enchantent pas Ely qui prend conscience qu’elles ne pourront pas cacher bien longtemps qui elles sont vraiment. De son côté, Lila a pris ses marques, et n’a aucune envie de mettre fin à ces virées nocturnes où tout est permis.

tout_ce_qui_brille

A la façon des contes de fées, Géraldine Nakache (actrice et réalisatrice) a composé avec tous les ingrédients des beaux livres à couvertures brillantes et aux écritures dorées. Un beau prince charmant, un élément perturbateur et une belle morale sur l’amitié pour les fillettes de 16 ans et plus en quête d’adrénaline.
Tout ce qui brille vous donne le sourire. On a presque envie de sortir en pas chassés tant l’histoire et légère. Malheureusement, la quasi-totalité des comiques faisaient partie de la Bande-annonce. L’effet de surprise manque donc cruellement à ce film.

On ne se souviendra peut-être pas longtemps du film, contrairement à la BO qui ne quitte pas les spectateurs. Une réussite ! D’ailleurs, il existe même un clip

A lire aussi