Critique : Une nuit

Une nuit avec Roschdy Zem, c’est le pied non ? En fait, pas vraiment…

Encore une fois l’acteur endosse le rôle d’un policier à la dur, où plutôt celui de la « mondaine »: une unité spéciale des nuits chaudes parisiennes. Toutes les nuits, Simon Weiss, accompagné de son chauffeur, arpente les nuits de la capitale pour faire le tour des établissements de nuit. Corruption, manigances et dessous de table sont les maitres mots de cette nuit peu ordinaire pour la nouvelle recrue qui l’accompagne…

C’est à travers ce personnage que le réalisateur nous plonge directement au cœur d’une vie nocturne parisienne, avec ses paillettes mais aussi ses cotés les plus sombres. Même si le scénario se résume à ça, le réalisateur à le mérite de bien le faire.

Entre thriller et documentaire

Une nuit, s’inscrit entre ces deux modes de réalisation. Peu d’action, un film trop plat, mou qui est totalement ennuyeux pour le spectateur qui voit se succéder une multitude de plans fixes sans action avec une répétition déconcertante.

Bref pas grand chose à ajouter, on soulignera quand même la bonne prestation des acteurs notamment celle Roschdy Zem et Sara Forestier qui relèvent un petit peu le film. On notera également la réussite de l’ambiance du film : sombre dans toute sa splendeur.

Les amateurs d’action peuvent aller se rhabiller ce n’est pas ici qu’ils trouveront leur bonheur. Dans le même esprit, je vous recommande Nuit blanche>>

Ma note : 4/10